WAIGF Communiqué 2013

Tuesday 3 September 2013

6ème FORUM OUEST AFRICAIN SUR LA GOUVERNANCE DE L’INTERNET

Thème : "LA GOUVERNANCE DE L’INTERNET AU SERVICE DE LA PAIX : UNE RESPONSABILITE PARTAGEE DES PARTIES PRENANTES"

DU 3 AU 5 JUILLET 2013 à l’Espace CRRAE-UMOA, Abidjan, Côte d’Ivoire

COMMUNIQUE FINAL

Nous, participants au 6ème Forum Ouest Africain sur la Gouvernance de l’Internet, réunis à Abidjan du 3 au 5 juillet 2013, représentant les initiatives de la Gouvernance de l’internet des 13 pays suivants : Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée, Guinée Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigeria, Sénégal, Sierra Leone et Togo ; avec la participation des acteurs internationaux suivants : UIT, ICANN, AFRINIC, Google, UNIFORUM ZACR, Microsoft, ISOC Afrique, DIPLOFoundation et FOSSFA;

  • Rappelant les résultats des éditions précédentes du Forum Ouest Africain sur la Gouvernance de l’Internet tenues respectivement à Freetown, Lagos, Dakar et Accra,
  • Considérant la nécessité de s’approprier durablement les bienfaits de l’Internet au niveau communautaire ;
  • Désireux de bâtir, d’une part, une communauté de l’Internet sous-régionale, innovante, dynamique, prospère et solidaire, et d’autre part, un écosystème de l’Internet stable et sécurisé,
  1. Proposons de :
    1. Doter le WAIGF d’une présidence, assurée de façon tournante par le pays hôte de l’édition annuelle du forum. La présidence du WAIGF pour 2013 est assurée par la Côte d’Ivoire. Elle assure cette présidence jusqu’à la tenue de l’édition 2014 de WAIGF.
    2. Poursuivre la réflexion pour doter également WAIGF d’un Secrétariat.
  1. Recommandons:
    1. En matière de gestion des ressources critiques de l’Internet
      • Des actions de sensibilisation des acteurs pour la migration vers l’IPV6 ;
      • L’adoption et la mise en oeuvre de stratégies de développement des ccTLD ;
      • Le renforcement des capacités des élites africaines en matière de DNS ;
      • Le soutien de toutes les parties prenantes de l’Afrique de l’Ouest à la candidature d’UNIFORUM pour l’attribution du gTLD Dot Africa.
    2. En matière d’Infrastructures, d’investissements et d’accès large bande
      • Le renforcement de la résilience des infrastructures de l’internet et des cyberespaces nationaux ;
      • La création d’un environnement concurrentiel pour garantir l’accès ouvert à la connectivité internationale ;
      • La prise de mesures incitatives en faveur de l’atterrissement des câbles sousmarins dans la sous-région ;
      • La mise en place d’une stratégie coordonnée pour le déploiement des réseaux large bande en Afrique de l’Ouest ;
      • La mise en place des IXP nationaux et régionaux
      • L’implication accrue des pays de la CEDEAO dans les initiatives africaines en faveur des réseaux satellitaires larges bandes ;
      • L’utilisation de l’espace blanc du spectre radio électrique.
    3. En matière d’accessibilité, de diversité et de contenu
      • La défiscalisation des terminaux TIC afin de réduire les coûts de leur acquisition par le plus grand nombre ;
      • La mise en oeuvre des programmes e-gouvernement en vue de permettre à la population d’avoir accès à des services de l’Administration en ligne ;
      • La production et la promotion des contenus locaux, y compris en langues nationales, accessible aux personnes vivant avec un handicap.
    4. En matière de gouvernance de l’internet pour le développement et la paix
      • La création des conditions favorables au télétravail ;
      • L’encouragement de l’innovation et des opportunités d’affaires sur Internet ;
      • La promotion des cultures, des communautés géographiques en ligne ;
      • Le respect de l’approche multi-acteurs pour le développement de l’Internet ;
      • L’encouragement de la communication en ligne entre les citoyens et les élus ;
      • L’encouragement de toutes les initiatives citoyennes visant à la promotion de la paix et la réconciliation via Internet ;
      • La participation active et accrue de tous les acteurs ouest africains aux rencontres et débats internationaux relatifs à l’Internet ;
      • L’accompagnement des jeunes dans le cadre d’initiatives en faveur de l’innovation technologique ;
      • L’ouverture et la disponibilité des données publiques à travers l’Open data.
    5. En matière de cybersécurité
      • La mise en place des CIRTs nationaux et leur participation aux activités de la coalition mondiale contre le Cyber crime IMPACT ;
      • L’encouragement des pays de la CEDEAO à transposer les actes communautaires sur la cybersécurité ;
      • L’encouragement des pays à adopter la convention de l’Union Africaine sur la cybersécurité. ;
      • L’acquisition d’une culture numérique aux enfants et aux parents ;
      • La conception et la mise en oeuvre des programmes de sensibilisation sur la cybersécurité ;
      • L’adoption de l’approche multipartite dans la lutte contre la cybercriminalité ;
      • La coopération des plateformes nationales de lutte contre la cybercriminalité ;
      • L’utilisation optimale des outils et services d’Interpol dans le cadre de la lutte contre la cybercriminalité.
    6. En matière de protection des usagers en ligne
      • La promotion des codes de bonne conduite sur Internet par l’adoption des chartes des bons usages de l’Internet ;
      • Le renforcement de la confiance en ligne nécessaire à la construction d’une économie numérique ;
      • La coordination au niveau régional des initiatives nationales de protection des usagers en ligne ;
      • Le développement des partenariats avec les acteurs du secteur public, du secteur privé et de la société civile dans le cadre de la protection des usagers en ligne.

Fait à Abidjan, le 5 juillet 2013

Pour WAIGF 2013


Télécharger en PDF