Le Forum de la Gouvernance de l’Internet au Libéria

Friday 1 October 2010

“Développer l’Accès pour la Réduction de la Pauvreté et le Développement National”

Rapport du Forum sur la Gouvernance de l’Internet au Liberia

Organisé par le Center for Media Studies & Peace Building (Centre d’Etude des Médias et de Renforcement de la Paix)

Vendredi 20 Août 2010 - Centre de retraite pastorale St. Teresa’s, Monrovia

Introduction/Session d’ouverture

Le Forum sur la Gouvernance de l’Internet au Liberia, a été convoqué par le Centre d’Etudes des Médias et de Renforcement de la Paix à Monrovia depuis Juin 2010. Ceci a débuté par des discussions en ligne qui a réuni 150 membres. Le forum présentiel tenu sous le thème « la Libéralisation de l’Accès pour la Réduction de la Pauvreté et le Développement National » avait un lien avec la stratégie de réduction de la pauvreté menée par le gouvernement comme moyen d’intégration du développement et a eu lieu le 20 août 2010 en présence de 50 personnes.

M. Prutus Sackie du Centre d’Etudes des Médias et du Renforcement de la Paix (Center for Media Studies & Peace Building - CEMESP) a présenté le discours d’introduction du FGI Libérien, et a exposé sur le processus du Forum de la Gouvernance l’Internet (FGI), y compris les débats en ligne actuels au Libéria et la nécessité d’une session officielle qui va accroitre le partenariat.

Dans ses remarques liminaires, le Directeur Exécutif du CEMESP, Malcom Joseph, a encouragé les participants à partager leur expérience afin d’accroitre la compétence des Libériens à l’ère des nouvelles informations. Il a souligné que l’Internet est un facteur important dans le monde d’aujourd’hui, en affirmant que la conférence a pour but de bâtir une solidarité qui permettra de renforcer l’utilité de l’Internet dans le pays.

K. Abdullai Kamara, Coordonnateur du FGI-Liberia a fait une présentation durant le forum en rappelant l’origine du FGI à partir du processus du SMSI (Sommet Mondial sur la Société de l’Information), aux différents FGIs et le processus des forums régionaux et les origines du FGI libérien. Ceci a soulevé des préoccupations qui ont été examinées dans le cadre du forum Libérien en ligne, ainsi que des interrogations résultant du processus. En outre Abdullai a exhorté les participants à renforcer leur participation et éventuellement, à avoir une main dans la gouvernance de l’Internet dans leur pays. Sa présentation a établi une comparaison entre le Libre Accès, la Sécurité de l’Internet et l’implication du gouvernement dans le processus.

Faisant référence de l’intérêt des participants libériens concernant la session en ligne, il a constaté que les gens étaient surtout intéressés par les questions concernant l’accès, la diversité et l’accessibilité. Cela ne veut pas dire que d’autres préoccupations concernant la sécurité, le Libre Accès et la confidentialité n’ont pas surgies.

M. James Sulonteh Représentant du Ministre des Postes et Télécommunications du gouvernement du Libéria a indiqué que le Gouvernement du Libéria (GoL) est en train de travailler pour garantir une gouvernance et une utilité adéquates des services Internet du pays. Il a affirmé que cela est possible grâce à l’effort élaboré d’introduire la technologie de fibre optique qui permettrait d’améliorer les prestations et les coûts dans le pays. Il a constaté que tous ces éléments sont liés à la stratégie gouvernementale sur la réduction globale de la pauvreté.

Session d’activités

Dans une présentation sur la sécurité, Floyd Sayor, un informaticien de la NEC, a passé en revue la question de la sécurité dans l’utilisation de l’Internet. Il a constaté que de simples mesures de sécurité, comme ouvrir une session sur des machines publiques et fournir des informations personnelles sur des sites publics doivent être soigneusement pris en compte, car elles constituent la base de problèmes majeurs sur Internet.

Floyd a encouragé le public à faire preuve de prudence et de précaution dans la manière de traiter leurs renseignements personnels ou leurs appréciations des choses/questions. Il a affirmé qu’il y avait aussi des problèmes au sujet d’abus, à la fois des utilisateurs ordinaires ou des professionnels.

Crispin Tulay de la Liberia Agency for Community Empowerment a parlé de l’Internet comme moteur du développement au Libéria, et il a rappelé que depuis le début de l’Internet au Libéria dans les années 1990, les utilisateurs sont confrontés à des problèmes comme la cybercriminalité, la liberté d’expression, la connexion, les réglementations gouvernementales, le libre accès, la confidentialité, la protection de l’enfant etc., et il a souligné que discuter de ces problèmes est nécessaire pour amener le développement dans le milieu de l’analphabétisme accru au Liberia.

Citant l’Institut de Recherche des Nations Unies pour le Développement Social, il a affirmé que l’Internet est nécessaire pour réduire la pauvreté, améliorer l’accès aux soins de santé et de l’éducation, conserver et répartir équitablement les ressources et renforcer la participation aux processus décisionnels. Ceci, dit-il, doit être évalué pas en termes du nombre exact de personnes connectées mais en termes d’accessibilité et de contribution au progrès social.

Dans les médias, il a décrit l’Internet comme un moyen pour les journalistes d’améliorer leurs écrits et modes de production pour les radios et comme source alternative de l’histoire. Ceci n’est pas sans inconvénients, vu que certaines sources internet peuvent être trompeuses et non basées sur des faits ; quelques uns courent le risque de plagiat sans prendre connaissance du contenu; les journalistes doivent aller au-delà des sources Internet et filtrer les informations pour la consommation locale;

Il a conclu en disant que l’Internet est l’unique opportunité pour les organismes de développement et gouvernementaux d’influencer les discours locaux et internationaux sur le développement social, économique et politique sur le plan communautaire. Cela nécessitera la libéralisation du secteur des télécommunications afin de parvenir à l’accessibilité et l’accès, ainsi que des formations internet dans l’alphabétisation des adultes et des programmes d’apprentissage accéléré pour lutter contre l’analphabétisme. Ceci sera pleinement accompli par l’adoption de mesures innovatrices telles que des points d’accès communautaires ou publics dans les centres communautaires ou les mairies où la population aura des informations sur des sujets comme la santé, l’éducation, le développement, la politique et autres.

Discussion de groupe – Recommandations

Les participants ont passé en revue les préoccupations à travers des discussions et ont formulé des recommandations pertinentes qui pourraient conduire les processus suivants.

Concernant la Sécurité de l’Internet, le Libre Accès et la Confidentialité, les participants ont relevé que la sécurité peut être assurée en développant le niveau de l’intranet uniquement dans le domaine des entreprises par des installations connexes, dans lequel les informations seront alternées au sein d’un circuit fermé. Le groupe a également encouragé le cryptage des données, le développement de pare-feu et la protection des mots de passe.

Concernant le Libre Accès, le groupe a observé que le coût des logiciels est très élevé et pourrait être résolu par l’utilitaire de logiciels libres, qui ont des risques limités. Les participants ont noté l’absence théorique de confidentialité en ligne, et ont mis en garde les utilisateurs de s’assurent que les outils qui relèvent du domaine privé ne sont pas placés sur les sites publics.

Au cours des discussions sur l’accès, la diversité et l’accessibilité de l’internet, les participants ont souligné les enjeux de l’accès en conformité avec plus ou moins de regroupements des fournisseurs de services et la qualité limitée des services et le manque de connexion haut débit. L’accès a également été débattu dans le contexte de la capacité limitée dans l’utilisation des installations de TI et la vétusté des infrastructures.

Les enjeux de la diversité ont été soulevés en ce qui concerne les caractéristiques économiques limitées à l’extérieur des zones urbaines qui encourageraient la croissance des FAIs (Fournisseurs d’Accès Internet) et des installations connexes. L’utilisation de l’Internet est généralement limitée au gouvernement, ONGs, organismes d’affaires et zones urbaines. Enfin Les participants ont noté que le problème de l’accessibilité est généralement due au coût élevé du matériel informatique et le coût correspondant des services, et ils ont recommandé que le gouvernement et les FAIs (Fournisseurs d’Accès Interne) envisagent de décentraliser les services, de réduire les coûts de prestation et de fournir la compétence pour l’utilisation des TIC à l’échelle nationale.

Participation

La réunion a rassemblé 50 participants provenant de divers secteurs de la société libérienne comme le gouvernement, les FAIs (Fournisseurs d’Accès Internet), la société civile, les étudiants, les médias et les utilisateurs ordinaires. Cela a révélée que plus de 100 personnes ont participé à la session en ligne qui existe depuis Juin.