Forum sur la Gouvernance de l’Internet au Burkina Faso

Friday 19 November 2010

C’est avec un enthousiasme infini qu’une quarantaine de participant-e-s ont pris part au forum sur la Gouvernance de l’Internet le samedi 13 Novembre 2010 à la salle de conférence de l’Association Yam Pukri.

Nous rappelons que la Gouvernance de l’Internet (GI) est un sujet d’actualité qui est débattu depuis 2003 dans notre société. Son objectif est de faire valoir un cadre propice ergonomique c’est-à-dire juridique et technique prises à l’égard d’Internet.

Elle a pour ambition de créer un espace idéal de discussions et d’échanges sur les perspectives de cette gouvernance de l’Internet à l’échelle mondiale.

Par le biais de Yam Pukri, notre pays entre dans la danse depuis Avril 2010; commençant par la création d’un groupe de discussions suivi de la réalisation d’un sondage sur la population Ouagalaise à propos des questions relatives à la gouvernance de l’Internet ; ce forum est la troisième activité dans ce cadre qui a bien voulu réunir les experts du Burkina Faso dans le domaine d’Internet ainsi que des acteurs du secteur des technologies de l’information et de la communication de notre pays.

Il a marqué son ouverture avec l’explication du contexte et des raisons d’être de cette initiative de la GI au Burkina Faso par Mr. Sylvestre OUEDRAOGO. Ensuite, nous avons assisté aux différentes communications ; celle de Mr. Serge SANOU de l’Autorité de régulation des communications électroniques (ARCE) sur la gestion des noms de domaines en .bf et enjeux, suivi de l’intervention de Mr. Florentin Patindé ZANGO de la commission de l’informatique et des libertés (CIL) sur La cybercriminalité et la sécurité en ligne et enfin la présentation des résultats de l’enquête sur la GI au Burkina Faso par Mr. Inoussa TRAORE de Yam Pukri.

Mr. Serge SANOU au sens large de sa présentation nous a révélé que les missions de l’ARCE étaient entre autres : « L’élaboration de propositions visant à adapter le cadre juridique dans lequel s’exercent les activités des communications électronique (...) la délivrance, le transfert, la modification, le renouvellement, la réduction de la durée, la suppression ou le retrait des licences individuelles (...) l’autorisation ou la réglementation de l’enregistrement, l’administration et la gestion des noms de domaine ».
Vu, les missions assignées à l’ARCE, elle se doit donc de réglementer tant que nécessaire les noms de domaines attribués aux personnes physiques et morales.
La communication de Mr SANOU a été accentuée sur les définitions des différents termes techniques, les processus de redélégation du .bf, les futurs chantiers de l’ARCE en passant par l’historique de la gestion des noms de domaine au Burkina Faso.

Sous une attention particulière des participants qui cherchaient à comprendre ce monde de l’Internet, Mr SANOU a expliqué qu’un « un nom de domaine est une représentation alphanumérique d’une adresse qui peut être définie comme l’identifiant d’un site web (ex : http://www.arce.bf) ».

Nous avons également pu noter que la gestion des noms de domaine était sous la responsabilité de deux structures dont la Délégation générale à l’informatique (DELGI) et l’Office national de télécommunications (ONATEL SA.) mais qu’elle relève de la responsabilité de l’ARCE depuis deux (02) ans la gestion des noms de domaines a été attribuée à l’ARCE depuis 2008 mais il ya à peine une année que nous travaillons véritablement sur le projet nous a confié Mr SANOU.
Il n’a par ailleurs ménagé aucun effort à nous expliquer les futurs projets de l’ARCE tels que : La migration de la télé analogique à la télévision numérique terrestre(TNT), l’intégration d’IPv6 au Burkina Faso, la création effective du NIC Burkina.
Mr. Florentin Patindé ZANGO de la Commission de l’informatique et des libertés (CIL) a quant à lui attiré l’intérêt des uns et des autres sur la cybercriminalité et la sécurité en ligne.

Selon lui, il est très difficile pour les autorités Burkinabées d’assurer la sécurité en ligne à cause de la légèreté et l’accessibilité sans équivoques qu’offre cette Technologie « l’internet en tant que réseau ouvert basé sur la coopération est facilement attaquable » nous il livré Mr ZANGO.
Cependant, il nous a exposé certaines protections/sécurités « ISO 17799 :2005 ; la norme ISO 27001 » sans oublier les principaux objectifs à garantir qui se résument en « l’intégrité, la confidentialité, la disponibilité, l’authentification, la non-répudiation ».
En outre, Mr Zango a insisté sur le fait que «la meilleur sécurité pour les internautes dépend de la façon d’utiliser l’Internet».

La présentation de Mr. Inoussa TRAORE de Yam Pukri a porté sur la mise en évidence des résultats de l’enquête sur la GI au Burkina Faso.
Il en est ressortit que beaucoup d’internautes burkinabés « ignorent l’existence d’un mécanisme de protection des contenus accessibles en ligne sous forme de droits de propriété intellectuelle ainsi que les droits et devoirs liés à Internet » selon Mr TRAORE.

Néanmoins, les enquêtés ont témoigné leurs intérêts pour ce thème et ont même suggéré la mise en place d’une politique publique qui encourage l’innovation Internet sur les plans de la santé, de l’éducation, de l’emploi (…) pour rendre les secteurs concernés plus performants ainsi que la croissance de l’économie liée à internet nous rapporté Mr. TRAORE.

Au cours des échanges, des contributions très riches ont été apportées par toutes et par tous.

En effet, toujours se déconnecter avant de quitter son poste et l’abstention de visite des sites qui ont une mauvaise réputation sont essentiels.

De toutes les communications, il ressort que des changements profonds vont s’opérer dans le paysage des TIC au Burkina comme l’arrivée de la TNT qui est une vraie révolution et également, la nécessité de sensibiliser et informer la population sur les dangers de l’Internet.

Mlle Pascaline Wendemi ILBOUDO (Yam Pukri)